Permaculture – Emilia Hazelip

Voici une petite vidéo réalisée par Emilia Hazelip, il y a quelques année (qui a dit « VHS » ?). C’est une des personnalités à avoir tenté d’appliquer les principes de Fukuoka en climat tempéré. Plutôt hardcore (d’un point de vue permaculturel) et fort intéressant car elle commence par la mise en place de buttes de culture jusqu’à une année complète de production.

Permaculture – Guérir la terre, nourrir les hommes

9782330058975_large

Charles et Perinne Hervé Gruyer, de la ferme du Bec Hellouin, ont publié ce livre en 2015. Saine lecture.

Attendez-vous toutefois à un récit de leur aventure plutôt qu’à un manuel pratique. « D’un autre coté, mon ptit père, vu le format, on pouvait s’en douter… » Peut-être mais ça vaut le coup d’être dit : j’ai été un peu surpris, moi.

Toujours est-il que leur expérience est plutôt enrichissante : on comprend mieux leurs choix, leurs difficultés, leur vision. A la croisée de deux histoires franchement différentes (l’un marin, l’autre avocate internationale), ils construisent ce projet un peu fou de devenir paysan en faisant uniquement de la permaculture. Ils relatent à quel point ce pari s’est révélé audacieux mais également passionnant : pour moi, ce sont des aventuriers des temps modernes.

Comme je le disais dans un autre article d’introduction à la permaculture, on sent qu’ils en ont sous la pédale, ces deux là. C’est véritablement inspirant.

Nous recommandons vivement.

Permaculture – Video de Philip Forrer

Voici un video très intéressante de Philip Forrer : « le jardin du Graal », avec un très bon exemple de buttes sandwich. On peut se poser la question si aller chercher des troncs d’arbre en plein forêt est pleinement dans la logique permaculturelle, mais on peut penser que dans la majeure partie des cas, on récupérera soit du bois, soit du carton que l’on a a dispo – ce qu’il précise d’ailleurs dans la video.

Pas toujours évident de comprendre ce que dit ce jardinier aux pieds nus (il a un bon accent britiche – « le patate, il s’est resemmé toute seul ») mais cela vaut vraiment le coup ! :)

Permaculture – Manuel d’apprentissage pas à pas

Manuel d'apprentissage de la permaculture

Voici un super bouquin pour qui veut adopter une démarche permaculturelle dans sa globalité… Je l’ai lu et je le feuillette régulièrement.

Ce qui est très agréable c’est que Rosemary, l’auteur, nous prend par la main et traite les sujets un à un, avec des exercices pratiques à la fin de chaque chapitre, des méthodes et des outils. Radical pour visualiser le changement que l’on souhaite amener dans sa vie.

Bien sûr, cela correspond d’avantage à des lecteurs qui habitent une maison et qui s’intéressent à la permaculture : de l’observation de l’eau, du soleil, du vent… à la création de ses zones de cultures, tout y passe. On sent que l’auteure vient d’un pays plutôt sec, car une part importante de la réflexion et des actions est consacrée à la gestion de l’eau. Cela reste très enrichissant.

Vous pouvez le trouver sur Amazon ou l’acheter en librairie près de chez vous (il serait pas content de vous voir, le libraire, hein ?).

Permaculture – Introduction par la ferme du Bec Hellouin

Voici une très belle video d’introduction à la permaculture, réalisée par la Ferme du Bec Hellouin. Ils abordent tous les principes de base de la permaculture : l’interaction entre les systèmes, la diversité, le multiplicité des usages, le design, etc.

On sent que ça tourne vite dans leur caboche. Ils font beaucoup de recherche et d’expérimentations et ont notamment réalisé un partenariat avec AGROPARIS Tech afin d’estimer la viabilité d’une exploitation permaculturelle.

On voit que l’on a affaire à des professionnels qui savent très bien parler de leur activité. Ils ont réalisés d’autres très bonnes videos sur le sujet, certaines parlant des microfermes ou présentant leur exploitation à eux.

Le compost

Pourquoi faire du compost ?

  • Le compost, c’est LA solution pour diminuer la taille de ses poubelles lorsque l’on mange plein de légumes. Avec Julie, on remplissait une poubelle de 20L par jour, à moitiée remplie d’épluchures et de déchets verts. On est maintenant passé à une poubelle de 30L par semaine. On a encore pas mal de progrès pour atteindre le Zero Déchets, mais on y travaille !
  • Le compost permet aussi d’améliorer le sol de son jardin. Et oui : les déchets verts se dégradent selon un processus naturel. Mélangés en bonne quantité et en suivant quelques règles simples, il fournissent rapidement un terreau de très bonne qualité…
  • Ça réduit les dépenses pour le jardin. Si j’ai mon propre compost, plus besoin d’acheter de l’engrais.
  • Si on se met tous à faire du compost, on va faire baisser nos impôts ! Accroche-toi à ton slip, je vais un peu loin là. Si on réduit nos déchets, on remplie moins nos poubelles. Donc les camions poubelles pourront passer moins régulièrement dans nos rues… Et les mairies de dépenser moins d’argent dans le ramassage des déchets.  Bon, c’est pas parce qu’elles vont dépenser moins d’argent qu’elles allègeront leurs prélèvements. Mais dans un monde parfait, hein… Oh, ça va, hein !

Comment faire du compost ?

Nardine, c’est super simple. Il suffit de respecter une règle fondamentale : l’équilibre carbone / azote. C’est à dire qu’il faut mettre la même quantité de déchets verts (épluchures, feuilles vertes, tontes d’herbe, etc.) et de déchets marrons (feuilles mortes, carton, etc.). Les déchets verts se décomposent très rapidement mais forment peu d’humus. Les déchets bruns, c’est l’inverse : il se décomposent lentement mais forment beaucoup d’humus. Si tu mets les deux ensembles, ça fait un combo de dingue.

Tu peux aller beaucoup plus dans le détail mais une fois que t’as compris cela, t’as tout compris. Voici une video qui est très (très) bien faites pour comprendre cela.

Permaculture – Formation des buttes

Butte de culture Cet hiver, Claudine et moi, on a buché.

Et ouais, les gars, on a fait 2 belle buttes de culture de 7m de long chacunes. Et même qu’on les a fait se joindre à la fin : ça forme donc un U.

En fait, on fait de la culture sur U.

Alors pourquoi-qu’on-fait de la culture sur butte ? Là, je me penche sur le livre « Manuel de culture sur butte », de Richard Wallner au Editions Rustica, pour vous sortir les avantages sur touuuuuutes les buttes, quelque soit la manière dont vous les faites (oui oui, il existe plusieurs types de buttes).

Les avantages :

  • plus de hateur de terre pour les racines et pour y stocker davantage de fertilité,
  • une terre plus aérée : le sol a une plus grande capacité à respirer,
  • un travail plus ergonomique, car il se fait à hauteur,
  • une meilleure captation des rayons solaires
  • un système de drainage efficace en conditions humides
  • moins de concurrence du système racinaire des arbres à proximité
  • la possibilité de changer la nature du sol lors de la construction de la butte

D’autres photos, avec muy perspective.

Butte de culture Butte de culture